Vous êtes actuellement sur le site général de l'UPE

Cycle de visioconférence - Joséphine Baker et son influence

Cycle de visioconférence - Joséphine Baker et son influence

Stg

18 janvier 2022

 
C'est déjà l'heure de vous présenter la seconde conférence du cycle de visioconférence de L'AUPF, l'Association des Universités Populaires de France.
 
Toujours gratuite et sans inscription, cette visioconférence sera présentée sur la plateforme Zoom en collaboration avec toutes les Universités Populaires de France qui se sont associées à ce projet.
 

Joséphine Baker et son influence

 

Par son immense succès auprès des publics, Joséphine Baker dessine un nouvel espace qui va se transmettre à des incarnations de son personnage : la femme sauvage dont le rôle est tenu par des danseuses noires ou assimilées.


Il s'agira de comprendre, du point de vue de la mise en scène des corps, ce qu'a représenté et symbolisé Miss Baker pour un rôle qu'elle a commencé par refuser.


Ensuite, nous observerons la ou les raisons pour lesquelles ce point de vue continue d'être actif au music-hall alors que les mentalités ne sont plus les mêmes. Les témoignages de danseuses noires connues et moins connues, viendront renforcer le propos.


Date : Lundi 31 janvier 2022 à 18h15
Durée : 1h45
Conférencière : Sylvie PERAULT, anthropologue des arts vivants


Si vous souhaitez participer à cette visio-conférence, merci de vous connecter lundi 31/01/22 partir de 17h50 en utilisant le bouton ci-dessous. Aucune inscription n'est nécessaire au préalable.

 

Assister à la visioconférence

Si vous avez des difficultés pour vous connecter ou pour utiliser les différents outils de la plateforme Zoom, merci de consulter l'aide ci-dessous.

Aide Zoom

 

  Zoom sur Sylvie PERAULT, conférencière à l'UP de Belfort

 Si Sylvie Perault s'est intéressée à Joséphine Baker, c'est d'abord parce qu'elle travaille dans le milieu de la danse.
 L'apport de cette américaine, femme, noire, issue d'un milieu pauvre à la danse est non seulement original mais aussi très       innovant et pas seulement "exotique" comme cela a pu être dit d'une façon un peu méprisante.
 Le music hall fait voler en éclat le rapport au corps et à l'art à une époque où d'ailleurs toutes les formes conventionnelles, que  ce soit dans le domaine des arts plastiques que dans l'art en général, et notamment le lieu où il est montré, sont questionnées.
La "mise à nu" du corps annonce un effet une libération qui, si elle est "sauvage" est surtout porteuse d'une remise en cause de la forme et de l'esthétique.

Toutes les actualités